UFO Robot GRENDIZER - GOLDORAK !
La série TV

Produits au milieu des années 70, les 74 épisodes de la série TV de Grendizer seront diffusés au Japon entre le 5 octobre 1975 et le 27 février 1977, à raison d’un épisode par semaine. C’est le puissant studio Tôei Animation (Mazinger Z, Albator, Capitaine Flam, Dragon Ball, Ken, Saint Seiya, ...) qui est chargé de cette production, suite à une commande de Bandaï. En effet, avec le succès de la série Mazinger Z ((autant le manga que l’animé), Bandaï, grand producteur de jouets et autres produits dérivés, décide de continuer sur cette lancée et commande tout d'abord Great Mazinger, puis logiquement cette "suite" à la Tôei, avec qui elle travaille depuis longtemps.

Au début de 1975 était sorti un petit film d’une demi-heure présentant déjà tous les prémices du futur Grendizer : Uchû enban dai sensô. On y trouvait déjà un Duke Fleed réfugié sur Terre, recueilli par le docteur Umon, et travaillant sous le nom de Daisuke dans un ranch... Ce court-métrage peut être considéré en quelque sorte comme le pilote de la future série Grendizer. Go Nagaï en a repris effectivement les principaux aspects, mais redessine ses personnages et mechas. Heureusement pour nous, car Gatiger, le robot de ce premier Duke Fleed, était d’une laideur dramatique... S’inspirant ainsi de son 1er robot à succès, Go Nagaï recrée un Grendizer qui s’apparente effectivement beaucoup plus à ses aînés. Il s’agira même plus que d’une simple inspiration, puisque l’on retrouve en ouverture Koji Kabuto (Alcor), qui n’était autre que le pilote du Mazinger Z ! Et c’est sans doute ce point qui sera à l’origine du partiel désintéressement des Japonais pour Grendizer : comment le héros de Mazinger Z a-t-il pu se retrouver simple second de Daisuke ? Enfin, au niveau de la trame, on retrouve bien entendu des thèmes déjà abordés dans Mazinger, plus aboutis cependant, avec une panoplie de robots à combattre et des personnages charismatiques.

Un clone de Mazinger ? Heureusement non... Malgré la présence de nombreux épisodes secondaires et d’un intérêt parfois limité, Grendizer présente un scénario captivant que la Tôei a su développer, bien plus que dans le manga en tous cas, avec des rebondissements assez réguliers, des personnages très fouillés et "entiers", aussi bien les héros que les méchants, et un dosage "action / stratagèmes / vie de tous les jour" très équilibré.

Au sein de la Tôei, si Go Nagaï ne participe finalement pas beaucoup à la série, on retrouve par contre deux personnalités qui marqueront les productions du studio nippon de leur empreinte. Le premier est Kazuo Komatsubara, character-designer sur la série, à qui l’on devra les designs d’Albator (le 78 et le 84), de Galaxy Express 999 ou encore de Nolan. Le second est aussi entré dans la légende depuis Saint Seiya : Shingo Araki. Réalisateur sur Nolan, il participera en tant que character-designer à des titres comme Cherry Miel, Albator 84, Lady Oscar, Ulysse 31, Laura et la passion du théâtre, et bien entendu Saint Seiya, nos fameux Chevaliers du Zodiaque. Sur Goldorak, toujours secondé par Michi Himeno, l'autre pilier du studio Araki Pro., Shingo Araki a assuré les dessins et l’animation d’une quinzaine d'épisodes, ainsi que du deuxième générique de début. Une bien belle équipe si l’on inclut enfin les magistrales compositions musicales de Shunsuke Kikuchi, qui s’est illustré aussi sur quelques séries prestigieuses : Albator 84, Dr Slump, Dragon Ball et Dragon Ball Z ou encore Le Collège Fou Fou Fou...

... et Goldorak débarqua chez nous ! Heureux enfants que furent ceux de l’été 1978, ceux en âge de regarder la télé et Récré A2 plus précisément ! Goldorak (pour l'anecdote, il s'agit de la contraction de Goldfinger et Mandrake, donnant Goldrake, puis Goldorak) arrive dans nos contrées le 3 juillet 1978, et petit à petit, il va conquérir le monde audiovisuel de l’époque, devenant un véritable phénomène de société ! Jusqu’à 100% d’audience, des goodies par centaines, et la couvertures de divers magazines dont Paris-Match ! S’il y avait déjà eu par le passé quelques rares productions nippones en France (dont Prince Saphir en 1974), Goldorak sera le véritable premier gros titre japonais, devançant de peu Candy et Maya l’abeille, et le début d’une importation massive de dessins animés venus de l’autre bout de la Terre. Très rapidement, au delà de sa popularité énorme, Goldorak va aussi être le fer de lance de Récré A2 face aux Visiteurs du Mercredi, et l’un des titres qui va mettre à mal la célèbre émission de TF1. 1980 verra l’affrontement télévisuel de quatre titres emblématiques : Goldorak et Albator sur la seconde chaîne, et La Bataille des Planètes épaulée par Capitaine Flam sur TF1.

Goldorak ne sera pourtant pas intégralement diffusé lors de son arrivée en France. Seuls les 52 premiers épisodes seront achetés dans un premier temps, et il faudra attendre la rediffusion de 1982 pour avoir le combat final d’Actarus et ses amis face à Vega en personne. La célèbre série sera ensuite rediffusée de nombreuses fois chez nous, de manière plus ou moins complète : plusieurs fois sur TF1 dans le Club Dorothée, entre 1987 et 1994, sur M6 lors de l’été 1987, sur La Cinq en 1991, sur TMC en 1996.

C'est alors que Go Nagaï, se sentant après des années floué par sa mise à l'écart du succès de ses séries au niveau internationnal par la Tôei, décide de porter plainte contre la compagnie pour récupérer aussi bien l'argent qu'il n'a pas touché, que les droits de ses séries pour sa propre société, Dynamic (à noter que Go Nagaï n'est d'ailleurs pas le seul mangaka à tenter depuis quelques années à récupérer les droits intégraux de ses oeuvres...). Cela a eu pour conséquence directe un blocage des droits à l'étranger de toutes ses séries. Et du coup, le temps passant, sans aucun débouché de ces divers procès, et avec le regain d'intérêt depuis quelques années pour la japanimation, l'absence de Goldorak s'est fait cruellement sentir pour toute cette génération "Récré A2" ! De ce regain d'intérêt pour la japanimation, le plus prestigieux des titres en est aussi le plus grand absent (avec Candy, autre série bloquée aussi pour problème de droits) !




Dossier réalisé par Joe Gillian et Kurama
Mise en page : Joe Gillian - Traductions : Kurama
UFO Robot Grendizer © 1975 Go Nagaï / Tôei Animation

Goldorak - Partie 1 (Tôei Animation) - 183842hits
Copyright (c) DVDAnime.net